Animation des cartes à points:

(animation réalisée avec LOGOPLUS)

(Mit DLOGO geschaffene Belebung)

Retourner à la page d'accueil >>

  Fenêtre de présentation:

Retour >>

Fenêtre de travail:

Pour télécharger le programme LOGO qui explore l'étendue des couleurs de la palette, cliquer ici et un deuxième ici .

                                         

Retour >>

Fenêtre éditeur:

Retour >>

Fenêtre éditeur de lutin:

Retour >>

Fenêtre Palette des couleurs:

Retour >>

Fenêtre mesures:

Retour >>

Fenêtre compas:

Retour >>

Fenêtre POUR:

Retour >>

Fenêtre des capteurs optiques:

Retour >>

Fenêtre clavier:

Retour >>

Fenêtre d'impression de l'écran-tortue

Retour >>

Fenêtre carte USB

Retour >>

Typon de la carte relais:

 Retour >>                       Rückkehr >>

  Retourner à la page d'accueil >>

    Un peu d'Histoire...

Le développement de LOGOPLUS (et DLOGO) s'est déroulé sur plus de sept années et il est le prolongement de la lecture d'un livre d'Horacio Reggini (Professeur d'informatique à l'Université de Buenos Aires) intitulé "LOGO, des ailes pour l'esprit" publié aux éditions Nathan. Ce livre, traduit de l'Espagnol, se terminait en dressant le catalogue des primitives de chacune des quatre versions LOGO. C'est ce qui m'a permis de sélectionner les syntaxes de primitives les plus claires et de retracer leur diagramme syntaxique grâce aux nombreux exemples de procédures qui y figuraient. Cela explique que la quasi totalité des primitives de LogoPlus sont issues du corpus des primitives appartenant aux versions LOGO qui ont été commercialisées dans le courant des années quatre-vingts, i.e. Micralogo, LOGO Apple, LOGO Goupil et LOGO Thompson, versions qui ont toutes fait l'objet d'une adaptation dans la langue française. Certaines primitives, comme CLIC? ou SURECRAN? dérivent toutefois en droite ligne des possibilités offertes par Windows.  Une version Unix de LogoPlus pourrait rapidement exister si une âme généreuse pouvait m'envoyer un pack Linux facilement installable avec tous les pilotes graphiques et audio nécessaires. J'ai eu quelques occasions d'utiliser la version LOGO Thompson uniquement, moins compréhensible et abordable pour les élèves, de par les nombreuses abréviations qu'elle incluait, que les trois autres versions citées précédemment. Son manque de lisibilité a sans aucun doute contribué à occulter ce langage avant même que la fragilité du matériel d'alors n'entraîne sa complète disparition dans l'Education Nationale. Depuis, les communes achètent des logiciels souvent onéreux qui couvrent des objectifs éducatifs que des enseignants avaient plus modestement, mais tout aussi sûrement, envisagés grâce aux logiciels "maison" qu'ils avaient écrits (souvent en BASIC, hélas pour les francophiles) pendant la période du Plan Informatique Pour Tous. Dépoussiéré de la théorie du constructivisme ( théorie dans laquelle l'interaction enseignant / apprenant doit être négligeable) chère à J. Piaget ainsi qu' à Seymour Papert, co-initiateur du langage LOGO, mais au contraire, en orientant LOGO vers une pédagogie par objectifs (axe pédagogique), peut-être que ce langage sera également l'occasion pour les enseignants qui le souhaiteront, de "reprendre la main" dans le domaine passionnant de la création de logiciels éducatifs et de montrer que la possibilité de créer des logiciels sophistiqués ne constitue pas à elle seule un gage d'efficacité en pédagogie (axe logiciel). Cela ne peut en tout cas qu' inciter les enseignants à trouver d'autres solutions aux difficultés rencontrées par l'élève. J'encourage vivement les enseignant(e)s qui ne se laisseraient pas rebuter par une informatique "active", à écrire des programmes en LOGO sur des objectifs précis des I.O. et à les partager avec d'autres collègues. Les programmes LOGO voyagent très bien sur Internet sous forme de fichiers textes et peuvent de ce fait facilement évoluer au fur et à mesure qu'ils sont transformés tour à tour par chaque enseignant, contrairement aux logiciels commerciaux, écrits une fois pour toutes pour répondre à des besoins éducatifs souvent étendus. Point n'est besoin, donc, au départ, de faire compliqué: c'est à chacun de déterminer son axe de travail en LOGO et de fixer une limite à ce qu'il veut y faire, mais je ne doute pas qu'il soit possible d'arriver de cette manière à des travaux très intéressants et surtout, ce qui est essentiel, profitables aux élèves.

 LogoPlus: langage interprété ou compilé ?

Le langage LOGO existe sous plusieurs formes disponibles sur Internet: les versions interprétées et les versions compilées. Les versions interprétées se caractérisent par l'immédiateté de l'exécution des consignes en LOGO: l'utilisateur tape ses consignes dans une ligne de commande et LOGO les met en œuvre (s'il n'y a pas d'erreurs). Dans le cas contraire, l'utilisateur doit écrire à nouveau ses consignes, sans répéter l'erreur. Si cette immédiateté entre la rédaction des consignes et leur application donne une impression de forte réactivité de la part du logiciel, elle se fait au détriment de la mise en place d'une méthodologie de recherche et de correction des erreurs, pourtant bénéfique en pédagogie. Les versions compilées, par contre, donnent de l'importance aux textes LOGO (programmes), qui doivent tout d'abord être analysés (appris) avant de pouvoir être mis en œuvre. En faisant la distinction entre l'étape d'apprentissage du texte et son exécution, elles créent un espace où les élèves auront le temps de situer leurs erreurs et de se corriger plus facilement. De plus, elles conservent mieux la trace du travail écrit et garantissent de ce fait l'élaboration d'un travail structuré, réfléchi et planifié, apprécié des enseignants lors d'un projet pédagogique. Pour toutes ces raisons, les versions compilées me semblent de ce fait plus adaptées à la construction d'une pensée rationnelle chez l'enfant que les versions interprétées. J'ai donc cherché à préserver cette phase d'apprentissage du texte LOGO tout en aménageant pour l'utilisateur la possibilité de rédiger des consignes dans une ligne de commande. Cependant, même si LogoPlus possède cette ligne de commande, les consignes qui y sont introduites sont toujours analysées avant d'être mises en œuvre, la phase d'apprentissage étant "transparente" du point de vue de l'utilisateur. LogoPlus, avec son éditeur de textes complet, combine les avantages des deux systèmes, à la fois interprétés et compilés.

Un peu d'Histoire >>

Pour aller plus loin >>

Retourner à la page d'accueil >>